1. Accueil
  2. Marché de l'emploi
  3. Actualités de l'emploi
  4. Témoignage de Nolwenn Ahodi, Directrice des Ressources Humaines chez Abylsen

Témoignage de Nolwenn Ahodi, Directrice des Ressources Humaines chez Abylsen

13/04/2017

Témoignage de Nolwenn Ahodi, Directrice des Ressources Humaines chez Abylsen

Nolwenn Ahodi, Directrice des Ressources Humaines chez Abylsen

Société de conseil en ingénierie créée en 2005 par plusieurs entrepreneurs, Abylsen est aujourd’hui présente en France, en Belgique, au Luxembourg, en Allemagne et en Suisse. La société couvre les principaux secteurs d’activité industrielle : automobile, aéronautique, transports, industrie pharmaceutique. Abylsen met au service de plus de 435 clients son expertise sur les métiers de l’IT, la R&D et la performance opérationnelle. Avec 1020 collaborateurs, le groupe poursuit son développement et vise près de 300 recrutements en 2017. Pour faire face à la rareté de certains profils et à la forte demande qui touche les autres, Abylsen adapte continuellement ses process de recrutement. Nolwenn Ahodi, Directrice des Ressources Humaines du groupe, nous en dit plus.
 
Quels sont les besoins et les enjeux d’Abylsen en termes de recrutement pour 2017 ?
Nous sommes sur une forte croissance attendue des activités. Nous prévoyons plus de 300 embauches sur la fonction de consultant, c’est à dire les différents métiers de l’ingénierie (tous nos consultants sont des ingénieurs Bac+5, spécialisés dans leurs domaines : la mécanique, l’électronique…). Nous avons également besoin de profils généralistes, pour des fonctions plus commerciales : des business managers et des ingénieurs d’affaires notamment, pour lesquels nous prévoyons une quarantaine de recrutement sur l’année.
Ces renforts d’effectifs ont pour but de soutenir la croissance et d’accompagner le développement des différentes sociétés. Les ingénieurs d’affaires vont permettre d’ouvrir de nouvelles activités, de nouvelles implantations et de nouveaux comptes, c’est donc par leur biais que nous allons poursuivre notre expansion. Il y a un certain nombre de secteurs d’activités qui se portent bien et pour lesquels nous savons que nous avons matière à intégrer de nouveaux consultants. L’an dernier sur ce même type de profils, nous avons recruté 250 collaborateurs.

Vous recrutez donc majoritairement des ingénieurs, rencontrez-vous des difficultés sur certains profils ?
Nous sommes effectivement sur des profils soit rares, soit fortement sollicités sur certains marchés en tension comme l’automobile, l’informatique ou les télécommunications. Il y a une pénurie sur les profils IT mais aussi sur des profils très spécialisés dans l’industrie pharmaceutique :  métiers de qualification/validation, process et qualité.
Les fonctions d’ingénieurs d’affaires sont également très sollicitées, tant d’un point de vue général (missions à dominante commerciale) que d’un point de vue spécialisé (où nos concurrents directs sont aussi en quête de profils plus techniques). Pour pouvoir recruter malgré ces pénuries et la forte demande, nous travaillons donc en amont avec les écoles : il faut aller chercher les étudiants et être présent partout.

Justement, les jeunes diplômés représentent une grande part de vos recrutements...
Oui, nous recrutons à 80% des profils jeunes diplômés (issus d’écoles d’ingénieur ou de formation technique bac+5) et 20% de profils plus expérimentés qui ont cinq, dix ou quinze ans d’expérience. Ces profils confirmés nous apportent une expertise supplémentaire en gestion de projet ou une maîtrise technique correspondant à des besoins plus spécifiques.

Comment attirer ces profils dans un environnement aussi concurrentiel ?
Nous avons mis en place différentes actions et travaillons sur une prise de contact renforcée avec les étudiants. Je pense notamment à notre dispositif “Coup2Boost”, dont Monster est partenaire. Il s’agit d’un jeu concours autour de projets étudiants. Nous avons décidé d’accompagner financièrement et de primer des projets misant sur l'entrepreneuriat, l’innovation et le digital. Cela permet de soutenir les étudiants et d’entrer en contact avec eux d’une manière différente. Ensuite, nous gardons le contact avec eux via des ateliers de job meeting, d’accompagnement à la création de profil sur les réseaux sociaux ou d’entrée dans la vie active. En parallèle de ce premier axe, nous avons repensé nos process de recrutement pour être plus centrés et focus sur les candidats. Il est essentiel pour nous d’avoir une meilleure compréhension de leurs aspirations et un suivi beaucoup plus réactif tout au long du processus de recrutement.

Ces nouveaux process mis en place viennent-ils également répondre aux enjeux d’intégration massive des jeunes générations ?
Oui, nous avons également fait ce travail d’adaptation pour répondre à leurs attentes et être plus transparent dans les étapes du recrutement. Nous avons beaucoup investi sur le live@abylsen. Il fallait renforcer le côté « fun », le sentiment d’appartenance pour vraiment donner envie de rejoindre la société et sa communauté de consultants.
Il y a un vrai changement d’attentes vis-à-vis de l’entreprise, un rapport au travail différent. Nous travaillons donc sur la culture d’entreprise. Les jeunes générations ont davantage envie de contribuer concrètement au développement de la société, il faut donc leur en donner les moyens. Ils ont aussi besoin de sens, de comprendre pourquoi et comment ils contribuent au projet global.

Quels autres leviers activez-vous ?
Nous avons élargi les leviers de contact avec les candidats et les outils de sourcing, notamment avec Monster et l’utilisation de nouvelles fonctionnalités. Nous sommes présents également sur les réseaux sociaux et des blogs spécialisés. L’idée, c’est de mixer les différents leviers : image, process et outils de sourcing.

À quelle(s) solution(s) Monster faites-vous référence et pourquoi les avoir choisies pour vos recrutements ?
Nous utilisons principalement la CVthèque. Nous consultons plus de 100 000 CV par an sur Monster, une volumétrie très conséquente. Nous avons également mis en place une page entreprise pour présenter notre activité, nos valeurs... avec des photos et bientôt des vidéos métiers enrichies de témoignages collaborateurs. Enfin, nous diffusons ponctuellement des annonces. Nous sommes en recherche de réactivité. Nous savons que les ingénieurs sont très sollicités et qu’ils ne répondent pas forcément à des annonces. De nombreuses personnes sont aussi en poste mais également en veille sur le marché. Il nous faut donc un contact régulier avec ces ingénieurs, pour comprendre où ils en sont, quels sont leurs projets professionnels pour tâcher d’y répondre. Cela permet de voir quel est le meilleur moment pour qu’ils intègrent Abylsen. C’est pourquoi nous privilégions le sourcing direct sur Monster. L’équipe avec qui nous travaillons est réactive et nous fait régulièrement des propositions pour avancer et nous offrir de nouveaux services.
 
ABYSLEN
79 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2016
19 implantations dans 5 pays
11 sociétés