1. Accueil
  2. Marché de l'emploi
  3. Actualités de l'emploi
  4. Témoignage de Emilie de Rancourt, Responsable recrutement et Fanny Uberty, Chargée de recrutement chez DIMO Software

Témoignage de Emilie de Rancourt, Responsable recrutement et Fanny Uberty, Chargée de recrutement chez DIMO Software

25/07/2017

Témoignage de Emilie de Rancourt, Responsable recrutement et Fanny Uberty, Chargée de recrutement chez DIMO Software

Emilie de Rancourt et Fanny Uberty

Depuis  plus  de  20  ans,  DIMO  Software  conjugue  deux métiers : éditeur de logiciels et intégrateur de solutions de gestion. Les huit domaines d’expertise de DIMO (business analytics, CRM, finance, RH, maintenance…) aident les entreprises à atteindre leurs objectifs. Société handi’accueillante, DIMO Software connaît une croissance régulière depuis 1995, tant en chiffre d’affaires qu’en effectifs, et continue d’innover pour proposer à ses clients des solutions au plus près de leurs besoins. Pour cela le recrutement de profils IT ad hoc est un enjeu de taille, qui doit tenir compte d’un marché fortement concurrentiel. Emilie de Rancourt, Responsable recrutement et Fanny Uberty, Chargée de recrutement nous expliquent comment DIMO relève ces défis.

Quels sont les besoins en termes de recrutement actuellement chez DIMO ?
Emilie de Rancourt : Nous recherchons principalement des profils techniques dans le domaine de l’informatique de gestion. Il peut s’agir de développeurs, chefs de projet, consultants mais aussi techniciens supports et commerciaux… Il nous faut pourvoir ces postes le plus rapidement possible, avec le profil candidat qui colle parfaitement aux besoins de nos managers. Actuellement, nous devons recruter une trentaine de personnes sur des créations de poste, et au total nous devons approcher les 100 recrutements par an. Et ce, sur tous types de contrats.

Quels sont les profils sur lesquels vous pouvez rencontrer des difficultés ?
Emilie de Rancourt : Nous pouvons rencontrer des difficultés sur les profils techniques notamment, comme sur les postes de consultants techniques. Cela peut aussi concerner les profils de développeurs sur des langages bien spécifiques, comme le Javascript ou le DotNet. Ces recrutements concernent des candidats qui sont en tension puisqu’on constate une véritable pénurie sur les profils liés à ces technologies. Dans ce cas, il peut être très difficile de finaliser les recrutements. Nous travaillons beaucoup sur la région Lyonnaise mais nous retrouvons ce genre de difficultés sur tous les secteurs géographiques. Concernant les profils commerciaux, nous avons plus de facilités à les recruter, car c’est une population très volatile.

Sur quels leviers agissez-vous pour réussir à sourcer la multitude de profils recherchés ?
Emilie de Rancourt : Nous veillons à faire marcher notre réseau et à le développer. Nous utilisons différents outils proposés par les sites de recrutement. Nous travaillons principalement en mode «  chasse ». Cela représente 95% de notre activité de recrutement. Nous mettons en place la cooptation, mais également des partenariats institutionnels avec les écoles. Dans ce cadre, nous participons souvent à des forums et intervenons auprès des étudiants. Nous sommes très attachées aux manifestations écoles à travers lesquelles nous développons notre marque employeur et allons au plus près des candidats. Nous sommes évidemment de plus en plus présents sur les réseaux sociaux professionnels.

Et pour fidéliser ces profils,lutter contre le turn-over, quelles actions privilégiez-vous ?
Emilie de Rancourt : Le turn-over sur la fonction commerciale chez Dimo est plutôt raisonnable. Pour les populations techniques, il est plus important car nos salariés sont très sollicités à l’externe avec des salaires attractifs.
Chez DIMO, nous travaillons en méthodologie agile dans un contexte qui est novateur et décontracté. Ce qui est propice à la coopération et à la créativité au sein de l’entreprise. Nous veillons à travailler avec les nouveaux langages également : DIMO est ouvert aux nouvelles technologies pour que nos collaborateurs puissent relever de nouveaux défis chez nous. Pour le reste, nous mettons en pratique nos valeurs, il peut s’agir de petites actions, que nous mettons en place au quotidien, pour agir sur l’ambiance en général par exemple. Nous avons la chance d’avoir des locaux agréables, nous proposons des associations sportives internes auxquelles les salariés peuvent adhérer. Nous misons sur les actions en interne pour que les collaborateurs se sentent bien chez nous. Dans cette optique, nous avons, entre autres, organisé un forum sur le bien-être au travail. Nous avons créé « Fun at work », un comité pluridisciplinaire qui organise de nombreuses activités pour les salariés. Nous permettons une certaine flexibilité du cadre de travail grâce au télétravail. Cela vient fidéliser nos collaborateurs, en plus des missions et des salaires que nous leur proposons. Nous veillons également au processus d’intégration. A ce sujet, nous avons une organisation bien rodée, avec des formations prévues dès l’arrivée des nouveaux collaborateurs. Nous organisons des stages de communication : il s’agit d’un passage incontournable pour ses premiers pas chez DIMO. Tous les nouveaux arrivés participent à une grande réunion animée par le PDG. Il les reçoit également tous, pour un temps d’échange sur leurs parcours. Et dans les services, un parrain les accompagne.

Quelle solution Monster vous permet de trouver les profils dont vous avez besoin?
Fanny Uberty : Nous utilisons depuis longtemps la CVThèque. Nous constatons une vraie mutation des pratiques en termes de recrutement. Aujourd’hui, nous ne recrutons plus comme nous le faisions il y a deux ans de cela. Sur les secteurs qui nous intéressent, nous constatons que les candidats ont tendance à ne pas répondre aux offres où ne pas postuler directement. Il faut donc aller les chercher. D’où notre fonctionnement en mode « chasse ». La CVThèque répond parfaitement à cette problématique.

Quelles relations entretenez-vous avec les équipes Monster ?
Fanny Uberty : Nous avons de très bonnes relations avec le commercial qui nous suit, et ce depuis des années. Le contact est agréable et l’équipe Monster est toujours intéressée par notre domaine d’activité et nos problématiques. Nous renouvelons systématiquement nos actions sur Monster car nous en sommes très satisfaits.

DIMO Software

  • 35 M€ de CA (2015-2016)
  • 360 collaborateurs
  • 6000 clients
  • Présent dans 93  pays
  • Paris, Nantes, Biarritz, Madrid, Toronto et Montréal