1. Accueil
  2. Conseils en recrutement
  3. Evaluer les candidats
  4. Recruter : 5 conseils pour renouveler le genre de l'entretien

Recruter : 5 conseils pour renouveler le genre de l'entretien

Recruter : 5 conseils pour renouveler le genre de l'entretien

5 conseils pour renouveler le genre de l'entretien

Le passé du candidat n’est pas le sujet de l’entretien. Ce moment doit aider le candidat à se projeter, dans le poste, au sein d’une équipe, dans un lieu…

On attend du candidat que ses propos en entretien ne soient pas une redite de son CV, autant l’aider à éviter cet écueil en lui permettant de se voir dans le poste.

1. Recruter en mode projet

Renouveler le genre de l’entretien demande d’abord de « considérer le recrutement comme un projet à part entière, qui doit être géré comme tel, avec des étapes précises à respecter », note Hugues Truttmann, président de TDF conseil. En amont de la rencontre en face-à-face, le tri de CV et la préqualification téléphonique ont pour but de filtrer les candidatures. Quand ces filtres sont pertinents, on ne reçoit en entretien que des candidats correspondant aux attendus du poste. Théoriquement.

2. Reléguer aux oubliettes l’entretien interrogatoire et favoriser la projection dans le poste

L’entretien est donc un moment d’échange ouvert sur l’avenir, pas un interrogatoire qui cherche à vérifier ce que déclare le CV. « Il s’agit de faire parler le candidat de la façon dont il voit son avenir et de le mettre en situation de prouver, au regard de son passé, qu'il pourra tenir le poste », explique notre interlocuteur.

3. Optimiser l’organisation des entretiens

Dans les grandes entreprises, les entretiens se multiplient. Le besoin émane d'un opérationnel, il est ensuite transmis aux ressources humaines. Cela fait, au minimum, deux entretiens à prévoir. « Éviter au candidat de se déplacer de trop nombreuses fois est une façon d’accélérer le processus de recrutement », pointe Hugues Truttmann, une accélération qui vous rend plus attractif, point non négligeable pour les postes les plus difficiles à pourvoir. Une bonne coordination des agendas des RH et des opérationnels permet de prévoir ¾ d’heure d’entretien avec le RH, puis ¾ d’heure avec l’opérationnel. Il est également possible d’envisager de casser le traditionnel duo en prévoyant des entretiens à trois, voire à quatre personnes : candidat, RH, opérationnel, futur(s) collègue(s).

4. Un entretien avec visite des locaux

Prévoir une visite des locaux est une façon de mener une partie de l'entretien. Le candidat peut se projeter… ou pas du tout (c’est donc une façon de moins se tromper dans son recrutement). Par conséquent, « on ne vend pas de rêve, on est dans la réalité — ce qui rappelle que le candidat recrute aussi son futur employeur », souligne Hugues Truttmann. Quand il n'est pas possible d'emmener le candidat physiquement partout on peut se servir d’outils de visioconférence ou de vidéos des futurs services.

5. L’entretien en immersion dans la future équipe

Proposer au candidat de passer une journée ou une demie journée au sein de ce qui pourrait être sa future équipe « permet aux collaborateurs de voir comment le candidat se comporte et à l’éventuel futur employeur, de confirmer son choix de candidat », poursuit Hugues Truttmann. Cette immersion, qui se pratique déjà dans les environnements IT et les startups, est l’occasion d’évaluer encore la personnalité et le comportement du candidat. La faisabilité de cette option dépend néanmoins du leadership du recruteur qui doit convaincre l’opérationnel d’accueillir le candidat dans son équipe. « Actuellement, il n'y a pas de chef de projet clairement désigné dans les recrutements. Au lieu de recruteurs administratifs, il faut des recruteurs chefs de projet agiles », ajoute-t-il. Sur ce point, les PME, moins plombées de lourdeurs administratives que les grands groupes, ont certainement un atout à jouer pour capter des candidats.

Sophie Girardeau