Skip Nav
  1. Accueil
  2. Conseils en recrutement
  3. Evaluer les candidats
  4. Entretien : 4 façons de faire parler un développeur

Entretien : 4 façons de faire parler un développeur

Le moteur premier d’un développeur est son intérêt pour la discipline informatique. Intéressez-vous à sa matière et à son rôle pour créer la confiance indispensable à l’échange.

Entre 2002 et aujourd’hui, la demande de développeurs a tellement augmenté que ces profils sont passés de l’état de candidat lambda à celui de denrée rare. Pour arriver à établir un dialogue productif avec cette population aussi sollicitée que peu loquace, « le recruteur doit avoir une posture qui consiste à expliquer clairement l’objectif de l’entretien à quelqu’un qui a tendance à être très factuel », recommande Stéphane Rodocanachi, directeur de Menway Talents.

1. S’intéresser au métier de développeur

Le moteur premier d’un tel profil est l’intérêt pour la discipline informatique en tant que telle, avec ses codes et ses langages, aux sens propre et figuré. Il faut savoir lui parler le seul langage valable à ses yeux, celui de la technique. C’est à vous, recruteur, de vous mettre à son niveau, de vous intéresser à son environnement métier, aux enjeux culturels et comportementaux de son poste, dans le monde ouvert actuel où des métiers différents sont amenés à travailler ensemble. « Le recruteur doit décrire l'entreprise, sa culture, son mode de travail, et expliquer comment le développeur s'intègre dans ce système », poursuit notre interlocuteur.

2. Le faire parler de lui en parlant de technique

Pour comprendre la personnalité de ce candidat, on évite de l’aborder par le biais de… la personnalité. L’ancienne tendance qui consistait à partir de la problématique de l’entreprise pour présenter le poste est en train de s’inverser. En allant sur le terrain de la technicité, en se centrant sur le métier du développeur et sur son rôle dans l’organisation, « on l’amène à vulgariser et c’est ainsi que l’on peut détecter des soft skills, en plus de valider ses hard skills », note Stéphane Rodocanachi. La mise en situation pendant l’entretien est aussi un exercice intéressant. « Par exemple, faire expliquer à un développeur d’application d’où il part pour son projet, où il veut arriver, le faire parler de façon macro et concrète, à l’interface entre la maîtrise d’œuvre et la maîtrise d’ouvrage », précise-t-il.

3. Le laisser conduire l’entretien

Pour révéler une population pas forcément à l’aise à l’oral, laissez tomber la posture haute du recruteur et instaurez un dialogue concret. « Le faire parler de la finalité de son travail est important. Ce n’est pas forcément la question qu’un développeur préfère, c’est pourquoi il est utile d’avoir commencé par lui parler de la culture de l’entreprise, pour susciter son intérêt », poursuit notre interlocuteur. C’est une façon de lui confier les rênes de l’entretien, de faire comprendre à ce profil qui reconnaît la compétence technique, que vous reconnaissez vous-même son expertise. « Parlez-moi de votre métier comme si j’étais un enfant » : la formule est pour le recruteur une façon de lâcher le lead. Si le candidat ne veut pas prendre la responsabilité de l’entretien alors que vous l’y invitez, ce n’est pas très bon signe.

4. Installer un climat de confiance et de convivialité

Une sorte de peur perturbe parfois l’échange entre le développeur et le recruteur : celle de ne pas être compris, côté développeur ; celle de passer pour un imbécile, côté recruteur. Mettez la peur à la porte et faites entrer la confiance et la convivialité. Le but de l’entretien est de se connaître, de faire en sorte que le candidat se révèle au lieu de se replier. « Abordez ce moment avec l’objectif d’une vraie discussion, quel que soit le poste d'ailleurs. Plein de recrutements n’aboutissent pas avec ces profils parce que les candidats n'ont pas compris l'intérêt de se révéler, de donner un peu d’eux-mêmes », souligne Stéphane Rodocanachi. Vous ne recrutez pas uniquement l’expertise de quelqu’un, vous recrutez une personne qui travaillera avec d’autres. « Il faut passer tout le temps de l’entretien à découvrir le candidat, sinon on s'ennuie quand on recrute », conclut-il.

Sophie Girardeau