1. Accueil
  2. Conseils en recrutement
  3. Attirer les candidats
  4. Comment devenir une « job machine » : l’exemple de GIFI

Comment devenir une « job machine » : l’exemple de GIFI

Comment devenir une « job machine » : l’exemple de GIFI

Comment devenir une "job machine" : l'exemple de Gifi

Pour accompagner sa croissance, Gifi mise sur l’humain : pas de culte du diplôme mais la volonté de recruter et de faire évoluer des gens motivés et impliqués.

Objectif 1000 magasins supplémentaires d’ici 2027 pour Gifi. L’enseigne de discount pour l’équipement de la maison doublera ainsi son effectif, ou quasiment. À raison de 700 recrutements par an, elle vise les 10 000 collaborateurs ‒ ils sont 5700 à ce jour, répartis dans les 459 magasins et au siège. Pour relever ce défi, le groupe a mis en place ce qu’il appelle une « job machine ». Il s’agit de recruter, d’intégrer et de développer les compétences dans un contexte d’évolution des métiers qui intervient dans le cadre d’une transformation de l’organisation globale, la transformation digitale étant l’un de ses volets.

Développer les stages et l’alternance

Gifi prend en charge des stagiaires d’écoles au sens large, sans cibler spécifiquement une population métier ou un niveau de qualification, pour détecter d’éventuels talents. L’enseigne développe aussi l’alternance, qui concerne les postes en magasin ou au siège, pour « anticiper les futurs besoins en compétences, notamment pour les métiers du digital (fonctions SI (systèmes d’information), web et marketing) », précise Amélie Lago, RRH de Gifi. En 2017, 50% des alternants se sont vu proposer leur premier CDI à l’issue de leur contrat. Un poste en interne est dédié au développement de la politique d’alternance avec plusieurs écoles et CFA.

Faciliter la mobilité géographique pour renforcer l’attractivité des postes à pourvoir au siège

Si les postes en magasin sont pourvus localement, il n’en va pas de même pour la plupart des postes de cadres à pourvoir au siège situé à Villeneuve-sur-Lot. Les fonctions stratégiques en marketing, supply chain, achats et systèmes d’information peinent à recruter du fait de l’enclavement du site villeneuvois. Le manque de ressources locales sur ces fonctions demande d’attirer des candidats basés en région parisienne ou dans les grandes métropoles régionales. « Quand un candidat accepte un poste, il s’installe généralement en famille, nous regardons si nous pouvons offrir une opportunité à son conjoint ; l’option, qui n’est pas une généralité, fonctionne », explique notre interlocutrice. Gifi propose un package de mobilité qui comprend notamment une aide financière au déménagement et un service d'aide de recherche de logement et d'école.

Un parcours d’intégration qui peut aller jusqu’à deux mois selon les postes

Les managers sont formés pour accompagner les nouveaux entrants afin qu’ils soient rapidement opérationnels. Pour les postes à responsabilités, le parcours d’intégration peut aller jusqu’à deux mois. Quel que soit le poste, il comprend :
- un accueil par le manager le jour J, ainsi que la présentation du nouvel arrivant à l’équipe ;
- une journée d’intégration collective, avec visite de certains services de l’entreprise, qui aide les nouveaux entrants à appréhender sa culture. Cette journée leur permet aussi de partager des problématiques comme l’organisation des trajets professionnels et de mettre en place des systèmes de covoiturage ;
- un rendez-vous hebdomadaire avec le manager durant toute la durée de l’intégration afin de fluidifier les échanges avec les collègues et d’autres managers.  

200 heures de formation délivrées tous les ans

Les magasins sont autonomes pour recruter les employés de libre-service et les hôtes de caisse. Les nouveaux entrants du réseau bénéficient d’un parcours de formation de quatre semaines dans des magasins tuteurs. Un complément théorique sur le management et les outils du groupe est également prévu ; cette formation a lieu au siège et dure trois semaines. « 75 % des postes de managers du réseau de magasins sont pourvus par la promotion interne, pas de culte du diplôme chez Gifi mais la volonté de faire évoluer les gens motivés et impliqués », conclut Amélie Lago.

 

Sophie Girardeau