Skip to main content
  1. Accueil
  2. Conseils en recrutement
  3. Attirer les candidats
  4. Dire non à un candidat, oui mais avec les formes

Dire non à un candidat, oui mais avec les formes

Dire non à un candidat, oui mais avec les formes

Attirer les candidats, soit, encore faut-il en prendre soin même si on les élimine. Il en va de la réputation de sa marque employeur.

« Quand l’entreprise travaille son attractivité, il faut du service après-vente », pointe Philippe Guittet, Happy Executive Director de Madircom. Derrière le CV jeté à la poubelle en effet, il y a un être humain, on l’oublie. On l’oublie parce qu’avec la dégradation du marché du travail, la multiplication des plateformes (sites emploi, réseaux sociaux…) peuplées de gens à l’écoute du marché, cela fait de plus en plus d’êtres humains qui attendent une réponse, que vous n’avez n’a pas le temps de donner, à moins que vous n’y pensiez pas. Face à ce phénomène de démultiplication, les équipes n’ont pas été décuplées, certes, mais la puissance de l’impact des réseaux sociaux sur votre image, si. Cela doit vous pousser à repenser la relation avec les personnes, d’autant que les candidats que vous refusez aujourd’hui seront peut-être attrayants demain. Quand la porte d’un poste se ferme, celle de votre vivier doit s’ouvrir. « Vous gagnez à bien traiter les candidats qui ne correspondent pas immédiatement à votre besoin et votre façon de dire « non » conditionne la suite », souligne notre interlocuteur. Voici quelques façons de mieux faire.

Humanisez la réponse automatique

Un bonjour, le bon genre, le bon prénom : c'est un bon début. Même si les deux tiers de votre réponse sont automatisés, vous pouvez insérer dans votre texte une formule personnelle qui change des phrases types que les candidats lisent depuis vingt ans. Par exemple : « J’ai lu votre CV, voilà pourquoi je ne retiens pas votre candidature », ou bien : « On n’a pas une bonne nouvelle à vous annoncer mais on vous l’annonce quand même ». Le registre de langage est à adapter à votre image. Et même si le candidat n’est pas dupe, il apprécie l’effort.

« C’est la même différence qu’entre une carte postale où sont écrits trois mots qui viennent du cœur et une autre remplie de mots bateaux », explique Philippe Guittet. Créer un modèle sous Word que vous adapterez prend quinze minutes. Même les ATS (Applicant Tracking System, système de gestion des données relatives au recrutement en ligne) permettent de modifier un message standard avant son envoi. Même vos emails peuvent vous rendre plus humains : votre photo à côté de votre signature et le tour est joué.

Décrochez votre téléphone

De nombreuses applications web et mobiles rendent plus directe la relation avec le candidat, accélérant ainsi certaines étapes du processus de recrutement. L’une d’elle, le téléphone, permet de faire entendre votre voix au candidat. Derrière l’ironie, lisez surtout que les bonnes vieilles méthodes sont efficaces quand il s’agit de communication et de relationnel. Quinze, vingt coup de fils à passer, à vous de voir si c’est jouable mais c’est une solution « qui a un impact très positif et qui est envisageable quand on reçoit peu de candidatures », poursuit notre interlocuteur.

Incitez les candidats à vous interpeler sur les réseaux sociaux

Sachez aussi que « la plupart des CV ne reflètent pas la qualité des candidats, ces derniers sont souvent meilleurs que ce que leur CV donne à voir », observe-t-il. Voilà pourquoi Madircom invitent les candidats qui se sentiraient injustement écartés à les interpeller sur les réseaux sociaux pour expliquer en quoi leur candidature est pertinente. Les entreprises présentes sur ces réseaux peuvent s’inspirer de cet exemple, c’est l’occasion de se donner mutuellement une deuxième chance.

Le bon traitement des candidatures, une question d’organisation et de principe, voire une mission à part entière

Recruter est une action ponctuelle, comme les vœux du nouvel an. Comme eux, le traitement des candidatures demande de s’organiser et d’en faire une question de principe : passez trente minutes tel matin à répondre non aux candidats que vous êtes sûr d’écarter, puis consacrez les trente minutes suivantes à convoquer ceux que vous voulez rencontrer. Ces deux types de candidatures en représente peu à traiter, ce sont celles qui vous laissent dans le doute qui sont les plus nombreuses. Vous n’oublierez pas de leur répondre une fois vos doutes dissipés.

Enfin, « si votre entreprise connaît un fort turnover, ou de nombreux roulements saisonniers, ou si vous recrutez des métiers pénuriques ou des postes stratégiques pour votre activité, confier à une personne la mission de gérer toutes les candidatures peut être nécessaire », conclut Philippe Guittet.

Sophie Girardeau