Skip to main content
  1. Accueil
  2. Marché de l'emploi
  3. Actualités de l'emploi
  4. Monster au cœur d’une start-up RH : témoignage d’Erika Monteiro, Lynx RH

Monster au cœur d’une start-up RH : témoignage d’Erika Monteiro, Lynx RH

Monster au cœur d’une start-up RH : témoignage d’Erika Monteiro, Lynx RH

Le réseau de cabinets de recrutement Lynx RH a été fondé en 2009 (groupe Alphyr). Conscients d’être un nouvel acteur sur un marché très concurrentiel, ses fondateurs ont opté pour un positionnement différenciant, en choisissant de développer leur réseau sous le format original de la franchise.

Grâce à ses méthodes de recrutement innovantes, Lynx RH apporte un service reconnu pour sa qualité et sa rapidité à plus de 2 000 clients à travers toute la France. En 2016, Lynx RH s’est même placé en 1ère position du classement des start-ups de l’année édité par l’Express en partenariat avec EY (Ernst & Young)*.

 

Chez Lynx RH, les directeurs d’agence sont des entrepreneurs. Comment tirez-vous parti de cette différence ?
Bien qu’elles fassent partie d’un groupe important (Alphyr), nos agences sont souvent des start-ups qui ont moins de 10 ans d’activité. Leur structure est conçue pour conserver le maximum d’agilité et d’adaptabilité. Nous savons que la réactivité et la qualité des profils sont des éléments clés dans le recrutement et nous en avons fait nos piliers.
Or, pour pouvoir allier réactivité et qualité, il est préférable de pouvoir conserver la structure très souple des petites entreprises (pas de processus de validation complexes, pas de multiples interlocuteurs sur un même dossier, peu d’administratif, etc.). Ainsi, nos agences ne sont pas contraintes d’entrer dans des procédures strictes et peuvent s’adapter aux problématiques et aux processus de chacun de nos clients.

Quelles sont vos fonctions au sein de l’entreprise ?
Je suis responsable d’agence IT (sachant que notre réseau est spécialisé dans le recrutement en intérim, CDD et CDI, pour trois grands domaines d’expertise : IT / Ingénierie / Tertiaire). Je suis plus spécifiquement en charge de l’ensemble des profils IT de Bac+2 à Bac +5, qu’il s’agisse de techniciens, d’administrateurs, de chefs de projet, de développeurs web ou encore de directeurs informatiques.

Quels sont vos enjeux de recrutement ?
Les enjeux sont doubles. En interne (au sein de mon agence), je recrute chaque année de nouveaux consultants et chargés de recrutement en stage, en alternance ou directement en CDI pour faire face à l’augmentation de notre activité. En externe, la demande est régulière : nous déléguons en moyenne 30 personnes par semaine auprès de nos clients.

Avec la transformation numérique des entreprises, constatez-vous une demande plus forte qu'avant sur certains métiers ?
Effectivement, la transformation numérique a un véritable impact sur la demande de profils IT. Il y a une vraie recrudescence autour des développeurs : Fullstack, PHP, Java JEE, Angular JS, C#/C++, Dot Net, etc... Les ingénieurs systèmes et réseaux ou de production, chefs de projet IT, chefs de projet AMOA/GMAO, responsables Helpdesk et responsables sécurité des systèmes d’information font également partie des profils les plus prisés par nos clients.

Quelles sont les solutions que vous privilégiez ?
Nous utilisons la CVthèque et la publication d'annonces. Tous les jours, nous recherchons des techniciens en informatique sur des postes de hotliners, de techniciens de proximité, d’administrateurs systèmes et réseaux. Et nous les trouvons sur Monster. Tout comme nous y trouvons, avec des requêtes particulières, des profils particuliers ou plus rares. Au quotidien, Monster est l’un de nos outils de travail principaux. Environ 80% des candidats sont recrutés via Monster.fr et la solution TalentBin (pour les métiers les plus pointus).

Quelles sont vos relations avec l’équipe Monster ?
Depuis mon arrivée chez Lynx RH, j’ai toujours travaillé avec Monster. Au-delà de la pertinence de Monster pour nos recherches de profils, j’apprécie vraiment la réactivité et le professionnalisme de ses équipes.

 

* Le classement L’Express/EY des 100 start-ups françaises de l’année vise à mettre en lumière de jeunes entreprises françaises, créées au maximum il y a huit ans, ayant réalisé en 2015 un chiffre d'affaires d'au moins un million d'euros ou effectué une levée de fonds du même montant depuis leur création.