Skip to main content

Trouver la perle rare

Trouver la perle rare

" La plus grande erreur des employeurs, c'est de se résigner trop facilement. Ils embauchent à la dernière minute plutôt que de rester constamment à la recherche des meilleurs candidats possibles. Il est dangereux de laisser passer une perle rare car on ne sait jamais quand on pourrait en avoir un besoin urgent... "

Et Diane Fichaud sait de quoi elle parle. Consultante en ressources humaines et présidente de Fichaud, Viau et associés, elle prodigue ses conseils depuis plusieurs années à une multitude d'entreprises oeuvrant dans les services et la vente au détail.

La campagne marketing de recrutement

Dans les cas extrêmes, on peut toujours faire la chasse à l'employé en orchestrant une véritable campagne de marketing. L'entreprise vend alors les postes disponibles comme de véritables produits en insistant sur les petits plus qui les caractérisent. " C'est devenu essentiel depuis que les entrepreneurs doivent convaincre les candidats de leur envoyer leur CV ", explique Gabriel Bouchard, vice-président du marketing chez Cala, agence de communication en ressources humaines.

La solution : on rend certains aspects du poste " spectaculaires ", comme dans une pub pour un dentifrice ou des céréales... Dans les pubs, on insistera donc sur la beauté du décor ou sur la qualité du café instantané. Pour augmenter son pouvoir de séduction, une compagnie pourra aussi ouvrir ses portes le temps d'une journée ou envoyer des lettres au tout-venant. Internet se révèle également un outil précieux si on désire afficher des images... Une excellente façon de vanter, par exemple, les mérites de Montpellier aux travailleurs étrangers.

Mettre ses ressources en commun

Dans certains secteurs, on préfère encore mettre ses ressources en commun. Par exemple, les PME spécialisées dans la haute technologie peuvent avoir recours aux services de groupes privés sans but lucratif. " Avec le temps, nous avons tissé un réseau de contacts aux niveaux national et international, affirme une directrice de formation, Francine Pharand. Cela nous permet de trouver plus rapidement la perle rare. " À plus petite échelle, certaines entreprises de développement aident leurs commerçants et leurs professionnels à recruter, former et motiver leurs employés.

Les trucs incontournables

Qu'on doive ou non débusquer des candidats aux quatre coins du monde, le problème de leur sélection reste entier. Un premier conseil : tout comme les chercheurs d'emploi, les employeurs ont intérêt à soigneusement préparer leurs entretiens. " Ils doivent fignoler leurs questions et surtout ne pas parler tout le temps, prévient Diane Fichaud. Il faut laisser la parole aux gens, sinon on leur fait dire ce qu'on veut bien entendre. "

Il est donc préférable de mettre le candidat en situation, histoire d'évaluer son jugement. On devrait aussi lui poser des questions ouvertes (telles que les classiques " Pourquoi vous intéressez-vous à notre entreprise ? " et " Quelles sont vos forces et faiblesses ? "). On élimine ainsi subito presto les personnes mal préparées ; tandis qu'en insistant pour obtenir des exemples concrets, on freine les moulins à paroles.

Bien évidemment, il est surtout inutile de convoquer des candidats si c'est pour expédier la rencontre au coin d'une table : " Il faut aborder le processus de sélection avec méthode, insiste Francine Pharand. On doit bien définir ses critères et établir une grille d'évaluation. C'est tellement facile de s'endormir sur un C.V. La pire erreur est de se dépêcher et de tout bâcler parce qu'on a trop besoin de gens. "

Les experts s'entendent aussi sur un autre point : une seule entrevue ne fait jamais l'affaire. Mieux vaut vérifier ses coups de coeur en confrontant son choix à celui de quelques collègues. Il faudrait même rencontrer une troisième fois le candidat de son choix, pour qu'il sache tout de son futur milieu de travail et de ses responsabilités. " Trois heures de sélection, c'est peu comparativement à cinq ans de travail, résume Diane Fichaud. Tout le monde devrait être sur la même longueur d'ondes pour que l'employé ne parte pas déçu au bout de quelques mois. "

Après l'embauche

Autre erreur commune : négliger les nouveaux employés en les parquant seuls dans un coin, un lourd manuel d'instructions à la main. " Les employeurs ont trop souvent tendance à jeter les nouveaux à l'eau : tu nages ou tu coules plutôt que d'être encadré, remarque Diane Fichaud. Mais intégrer un employé, c'est comme planter un arbre, il faut tout de suite lui mettre un tuteur pour lui permettre de pousser droit... Ça évite d'avoir à réparer les pots cassés. "

D'ailleurs, même les employés de longue date devraient être chouchoutés un peu. " Il y a deux façons de quitter l'entreprise : la quitter physiquement et la quitter en se contentant de faire le minimum parce qu'on est démotivé. Et ça, c'est encore pire ", assure Pierre Jutras, consultant en management et en ressources humaines.

Pour ce dernier, lorsque le climat se dégrade, il est bien important de désamorcer les conflits le plus vite possible : " Les gens se connaissent souvent trop mal. Il faut donc les amener à apprécier leurs différences pour qu'ils se sentent fiers de travailler ensemble. " Un éternel recommencement... Ce qui devrait inciter les entreprises qui amorcent un grand virage à se préoccuper un peu moins des défis techniques et un peu plus de leur personnel, pour qu'il se fasse à l'idée des changements qui s'annoncent.